Découvrir Zotero en 4 heures : retours sur la formation du 8 juin 2011

source : http://www.umw.edu/library/zotero/default.php
Comment former efficacement à Zotero en une demi-journée ? 

Cette question nous nous la posons maintenant depuis quelques années… L’objectif de ce billet est de dresser un petit bilan de la formation que Franziska et moi avons organisée à l’université Paris Ouest début juin.

Dans le cadre de la formation aux outils informatiques pour les historiens, nous procédons en deux temps : formation « magistrale » de deux heures (mise en contexte, normes bibliographiques, démonstration et présentation des fonctionnalités principales de Zotero) ; application pratique en salle informatique de deux heures (un peu moins compte tenu du temps nécessaire au démarrage des machines…).
Le 8 juin dernier, nous étions donc à Nanterre pour former un groupe de doctorants venus de plusieurs écoles doctorales (le tutoriel réalisé à cette occasion est toujours disponible ici). Nous avons organisé la formation sur une après-midi de 4h (environ une heure et demi de présentation ; le reste pour l’application pratique).

Il s’agissait pour nous de proposer aux participants un panorama général de l’ensemble des fonctionnalités de « base » : 
  • installation de Zotero sur un ordinateur (PC ou MAC) ; 
  • récupération d’informations bibliographiques (via internet, doi et isbn, métadonnées .pdf ou saisie manuelle) ; 
  • organisation de la base de données (collections, sous-collections, mots clés, items non classés, etc.) ; 
  • synchronisation des données stockées en local sur le serveur (différentes options) et utilisation avec plusieurs ordinateurs ; 
  • sauvegarde des données zotero ; 
  • intégration aux logiciels de traitement de texte (Microsoft, LibreOffice ou OpenOffice) ; 
  • création de notes de bas de page et bibliographies ; 
  • bibliographies collaboratives avec Zotero Groups ; 
  • outils d’entraide pour l’utilisation de Zotero.

Comme je l’écrivais le soir même, nous avons beaucoup apprécié cette formation qui nous paraissait avoir bien fonctionné. Selon les résultats d’un petit questionnaire d’évaluation de la formation les participants (17 réponses au 28 juin, soit 65%) sont globalement très satisfaits :

Aspects les plus négatifs et propositions d’amélioration

Bien entendu, tout n’était pas parfait. Les principaux éléments qui ressortent des questions « quels-ont été les aspects les plus négatifs de la formation ? » et « vos suggestions éventuelles pour améliorer la formation ? » concernent le nombre de participants et des difficultés liées à l’infrastructure.

source : http://chdav.canalblog.com/archives/2007/06/04/5183608.html

Les problèmes d’infrastructure se sont manifestés sous leurs formes les plus classiques des formations aux outils informatiques (et des conférences dans l’enseignement supérieur d’un point de vue général) : défaillances réseau et petit nombre de prises de courant dans la salle. Paris Ouest avait mis à notre disposition une salle de cours d’où il était possible de se connecter au réseau wifi de l’université. Le nombre important de connexions simultanées a considérablement ralenti les téléchargements. Il faut toutefois noter que (sauf exception, voir plus bas) tout le monde a finalement pu télécharger et installer Zotero.

Le nombre de participants constitue en revanche une véritable question pour une formation de ce type. Pour la mise en pratique, nous procédons ainsi : tous les participants appliquent en même temps les « procédures » indiquées dans la partie magistrale, et nous intervenons individuellement pour aider ceux qui rencontrent des difficultés. Partant de là, plus les participants sont nombreux, plus il est difficile de répondre à toutes les attentes.  Une des possibilités serait de fixer une limite inférieure à 25 participants en organisant plusieurs formations ; une autre serait éventuellement de dédoubler les groupes lorsque nous pouvons être deux formateurs. Poser l’installation préalable de Zotero comme un prérequis nécessaire au suivi de la formation permettrait de gagner du temps ; mais il risquerait d’en exclure ceux qui rencontrent des difficultés dès cette étape (plus nombreux que nous l’aurions imaginé).

Un dernier point a été soulevé : problèmes spécifiques aux utilisateurs de Mac. Nous avions pu le constater dans le cadre de nos enseignements, les utilisateurs de Mac sont plus nombreux à nous faire part de difficultés (essentiellement à l’installation, mais aussi avec le plug-in d’intégration au traitement de texte). Dans le cadre de la formation à Nanterre, trois utilisateurs de Mac ont rencontré des difficultés et, surtout, deux d’entre eux n’ont pas réussi à installer Zotero sous Mac OS 10.5 ; et compte tenu du nombre de participants il nous a été impossible de trouver une solution pendant la formation. C’est une véritable nouveauté pour nous car les utilisateurs mac de nos formations à l’EHESS n’ont jamais été bloqués dès l’installation de Zotero.

Aspects les plus positifs de la formation

L’économie générale de la formation « cours + atelier » entre description générale très détaillée (sur la base d’une version légèrement différente de la présentation mise en ligne ici) et mise en pratique avec une aide individualisée semble avoir été très appréciée.
L’intérêt d’une formation « magistrale » assez détaillé est multiple. En premier lieu, il permet de procéder à une rapide démonstration de l’ensemble des fonctionnalités de Zotero (en particulier pour montrer le potentiel d’un tel outil pour un chercheur en sciences sociales) afin d’achever de convaincre les participants de l’utilité de la formation… En second lieu, il permet d’évacuer un grand nombre de questions générales, pour dégager plus de temps aux questions spécifiques individuelles dans la phase d’application pratique. 
source : http://dic.dinfo.uqam.ca/Members/denaes.jean-christophe/images/Calvin_and_hobbes-attention.gif
Cette seconde partie de la formation est indispensable pour « coller » au plus près des besoins des étudiants ; pour rendre la formation plus vivante et éviter d’en perdre quelques uns en route (4h c’est un peu court pour apprendre à utiliser un outil, mais c’est aussi très long pour rester concentré!).
Autre aspect apprécié par les participants : la formation par des « pairs ». C’est l’une des certitudes que nous avons acquise depuis que nous enseignons l’usage des outils informatiques à des étudiants et jeunes chercheurs en sciences sociales : le fait que nous utilisions nous même ces outils dans des conditions très proches de celles des étudiants constitue véritablement un plus.
Enfin, la mise à disposition d’une brochure détaillée (et en couleur!) a été très utile aux participants. Marie-Noëlle Tourn avait ainsi fait imprimer en couleur notre brochure d’initiation à l’utilisation de Zotero. Ainsi, ils ont pu y suivre la présentation ; surtout, ils disposent ainsi d’un support auquel se référer après la formation.

Perspectives ?

Si quelques ajustements sont encore possibles, notre introduction à Zotero nous semble donc bien fonctionner telle que nous l’avons organisée pour la formation doctorale de Nanterre. Dans le cas où nous pourrions disposer d’un peu plus de temps, l’idéal serait de la coupler à une formation aux outils de recherche en ligne (méta-catalogues notamment) et au traitement de texte. Il s’agirait de disposer de plus de temps pour apprendre à véritablement utiliser Zotero en contexte, de la recherche de la référence à sont intégration dans un article, un mémoire ou une thèse. Cela permettrait de mieux répondre aux besoins de formation des étudiants et jeunes chercheurs en ce qui concerne ces outils incontournables…

N’hésitez pas à nous faire par de vos expériences d’enseignement de Zotero, tant comme étudiants que comme formateurs !

Print Friendly, PDF & Email
Émilien Ruiz
Historien, assistant professor à Sciences Po. < e-ruiz.com >

1 Comment

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *