Faire une carte avec Philcarto

La représentation cartographique de données semble parfois trop compliquée pour qui voudrait juste représenter des statistiques simples (un effectif total ou un taux par exemple). Or, beaucoup de spécialistes vous le diront, l’usage d’un SIG ou de R pour réaliser des cartes permet certes d’aller très loin, mais il ne s’impose absolument pas.

Utiliser une masse pour planter un clou ?

C’est là, il me semble, une question importante à  se poser concernant l’usage de tout outil informatique : dois-je implémenter une base de données ou un tableur suffira-t-il ? dois-je apprendre à utiliser R, SAS, SPSS… ou est-ce qu’Excel fera l’affaire ? me faut-il abandonner le traitement de texte pour LaTeX ? (je vous vois venir… non, pour Zotero, la question ne se pose pas… au boulot!)

S’interroger dès le départ est important car l’apprentissage de certains outils peut-être très fastidieux, surtout en auto-formation. L’alternative n’est toutefois pas toujours simple : d’un côté, compte tenu du temps limité dont on dispose pour mener à bien un master (ou, de plus en plus, un doctorat) se lancer à corps perdu dans l’apprentissage d’un outil dont on aura finalement à peine besoin peut s’avérer désastreux ; mais de l’autre, se familiariser avec des outils avancés peut s’avérer un investissement de long terme non négligeable pour de futures recherches (voire pour un recrutement).

Pour en revenir à la cartographie… les possibilités offertes par R sont très intéressantes (voir les travaux de Baptiste Coulmont) mais, si vous ne l’utilisez pas par ailleurs et que votre objectif est juste de représenter la répartition départementale d’une population par exemple, il vaudra mieux vous tourner vers un logiciel bien plus simple d’utilisation (pour les bases en tous cas) : Philcarto.

[Edit. Petite précision importante : pour pouvoir utiliser Philcarto, votre ordinateur devra tourner sous Windows]

Philcarto, kézako ?

Sur le site du PIREH consacré à la cartographie pour historien, ce logiciel est présenté de la façon suivante :

« Philcarto est ce qu’on appelle un logiciel de cartographie thématique de données statistiques, autrement dit c’est un logiciel qui permet de créer des cartes sur lesquelles vont être localisées spatialement des informations statistiques sur un sujet donné. (…) Parmi les possibilités offertes par le logiciel, on pourra citer les cartes choroplethes, les cartes en cercles, les cartes en semis de points, les cartes de liens et de réseaux, etc… En revanche, Philcarto ne permet pas de géolocaliser une carte, ou bien d’interroger une base de données à partir de requêtes et d’obtenir un résultat cartographique. Pour ce genre de choses, il faut utiliser un logiciel de SIG Côme gvSIG ou QGis. »

Couverture DOCS GRANIT n°3_01C’est un géographe de l’université de Bordeaux, Philippe Waniez, qui a créé ce logiciel et qui permet de le télécharger gratuitement sur son site (pour plus d’informations sur l’histoire du logiciel, voir ici).

Outre le logiciel, il met à disposition une documentation très complète pour apprendre à l’utiliser, les DOCS de GRANITS, ainsi qu’une bibliothèque de fonds de cartes. La suite de ce billet vise donc simplement à vous aider dans une première prise en main du logiciel pour réaliser une carte très simple, mais notez d’emblée que les possibilités de Philcarto sont beaucoup plus larges et que vous pourrez en apprendre (vraiment beaucoup) plus…

Créer une carte avec Philcarto : 1 – effectifs

[La suite du billet suppose le logiciel installé sur votre ordinateur et le/les fonds de carte qui vous sont nécessaires téléchargés depuis le site de Philippe Waniez]

Tableau1Avant de lancer le logiciel, il vous faudra préparer vos données… Pour réaliser une carte de répartition départementale d’effectifs de population ou, comme dans l’exemple ci-dessous, de nombre de décès, il suffit de créer un tableau sous Excel. Dans la colonne de gauche il vous faut indiquer les codes INSEE des unités territoriales (ici les codes des départements) ; dans la colonne de droite les quantités à représenter.

Important : votre fichier doit être enregistré sur votre ordinateur au format .xls (et non .xlsx par exemple, extension par défaut sur les dernières versions d’Excel, ou .ods pour LibreOffice)

Vous avez enregistré sur votre ordinateur un fond de carte et un fichier .xls avec vos données, vous pouvez lancer Philcarto :

Carte1À chaque démarrage vous devrez accepter les conditions d’utilisation de Philcarto. Une fois cliqué sur « J’accepte », vous devez choisir le fond de carte à utiliser.

La première fois, vous devrez aller chercher le fond dans votre ordinateur. Les fois suivantes, Philcarto aura créé un raccourci qui vous évitera cette opération (très pratique lorsque vous utilisez le même fond régulièrement).

Carte2Une fois le fond de carte sélectionné, même opération avec les données statistiques :

Carte3Une fois le fichier sélectionnez, patientez quelques secondes le temps que Philcarto associe vos données au fond de carte :

Carte5Selon le fond que vous aurez choisi, il est possible que Philcarto vous demande de choisir le calque correspondant à la bonne division territoriale de vos données. Dans l’exemple choisi ici, le fond permet de travailler sur les région et/ou les départements. Mes données étant départementales, je choisis « Départements » :

Carte6

Carte7Le logiciel identifie automatiquement le type de données contenues dans votre tableau (s’il y avait une erreur vous pourriez modifier cette proposition… je n’ai jamais constaté d’erreur) :

Carte8

L’interface s’affiche ainsi, et en cliquant sur vos données (ici « Décès 1975 ») le logiciel vous propose plusieurs représentations possible, identifiées ici par trois symboles, chacun correspondant à un type de carte différent : en points, en cercles ou en « modèle de gravitation de Huff » :

Carte9Il suffit de cliquer sur l’un des symboles pour afficher la carte. Pour revenir à l’étape précédente, vous devrez cliquer sur le bouton « CARTO » (en vert, en haut à droite) et sélectionner un autre type de carte.

Voici les trois types appliqués aux données de décès utilisées ici :

AnimQuantite2Une fois que vous aurez choisi le type de carte qui vous convient le mieux, vous pourrez l’enregistrer en cliquant sur l’onglet « Carte » dans la barre d’outil. Trois formats vous sont proposés :

  •  .EMF : Enhanced Metafile qui est un format d’image Windows (voir ici)
  •  .AI : Adobe illustrato artwork qui est un format de représentation vectorielle développé par Adobe (voir ici)
  •  .SVG : Scalable Vector Graphics autre format vectoriel (voir ici)

Vous devrez tester ces trois formats pour vérifier quels sont les logiciels dont vous disposez pour pouvoir les ouvrir… Notez par ailleurs que vous disposez aussi de l’option « Copier la carte » qui vous permettra, par exemple, de copier directement votre carte dans votre traitement de texte ou dans votre logiciel de présentation.

Par un petit jeu de montage, de rognage, d’ajout de texte etc. vous pourrez ensuite modifier une carte y ajouter un titre etc. pour vos exposés, mémoires, articles ou… vos billets de blog :

Décès-Population_1975

Créer une carte avec Philcarto : 2 – taux

La procédure pour réaliser une carte de taux est exactement la même que pour les quantités. Notez simplement que les types de cartes qui vous seront proposés seront forcément différents…

Philcarto_TauxIci encore, ce sont les mêmes données qui sont représentées de façon différentes. En revanche, ce qui chance ce n’est pas le type de carte mais la méthode de discrétisation.

La méthode Q6 correspond, par exemple, à une :

« Discrétisation selon les quartiles avec isolement des queues de la distribution par définition de deux classes extrêmes. Les 6 classes sont définies avec les bornes suivantes : minimum, percentile 5, 1er quartile, médiane, 3e quartile, percentile 95, maximum. Cette discrétisation permet de séparer 5% des unités spatiales ayant les valeurs les plus petites, et 5% les plus grandes. » (source)

(Voir le doc de granit n°1, p. 73-74 ici pour les explications concernant chaque méthode).

*
*   *

J’espère vous en avoir convaincu, la prise en main de Philcarto est très simple pour des représentations de base, mais comme je vous l’indiquais plus haut, Philcarto permet d’aller beaucoup plus loin en représentation cartographique de données statistiques. À vous de jouer maintenant !
Print Friendly, PDF & Email
Émilien Ruiz
Historien, je suis maître de conférences en histoire contemporaine et humanités numériques à l'université de Lille, IRHiS . Pour en savoir plus, voir < e-ruiz.com >

12 Comments

  1. Bonjour,
    Pour compléter et faire mesurer également toutes les possibilités pour les historiens : le développeur Philippe Waniez a également créé d’autres logiciels accompagnant Philcarto.
    Travaillant sur la première moitié du XXe siècle, il m’a fallu disposer de mes propres fonds de carte, les modèles trouvés de-ci, de-là, ne correspondant pas à mes besoins. La situation est sans doute courante pour bon nombre d’historiens…
    Rien de plus simple : Phildigit est là pour ça, et c’est redoutablement efficace : le scan d’un fond de carte imprimé, le relevé des contours administratifs que je souhaitais retenir (la partie la plus laborieuse et répétitive, faites vos réserves de thé et douce musique), et hop ! de magnifiques cartes sont venues égayer mes pages de thèse.
    L’usage de Phildigit est expliqué dans Les DOCS de GRANIT n°2 (http://philcarto.free.fr/DOCSDEGRANIT/ADES.html)
    Un seul regret : l’OS – la seule raison pour laquelle j’ai gardé un dual boot sur mon PC linux (je n’ai jamais pu faire fonctionner Philcarto avec un émulateur type Wine).
    Quoi qu’il en soit, ces outils sont précieux pour ceux qui, comme moi, n’ont pas vraiment le besoin de se lancer dans R ou autre…
    Par ailleurs, j’ai souvent finalisé mes cartes obtenues avec Inkscape, bien pratique et assez intuitif pour des tâches basiques.
    L’ensemble obtenu étant une image vectorielle, la définition et donc le rendu se sont révélés excellents.

  2. Bonjour,
    Hélas, ce produit efficace ne fonctionne pas sous mac… Avez-vous des idées pour un équivalent pour la pomme ?

    1. Monsieur Fortunel,

      comment faire pour obtenir une carte vierge avec Philcarto s’il vous plait ?
      Je ne veux qu’elle puisse avoir des grands points noirs indiquant la démographie. C’est une carte de la Sarthe (72) vierge que je cherche.
      Cordialement

  3. Bonjour,

    Pour créer facilement une carte, j’utilise cet outil de data-viz : https://makeyourmap.cc/fr/

    Il est totalement gratuit et en 5 clics il est facile de réaliser une carte avec ses propres données excel ou avec des données en open-source.

    Je vous le recommande si vous ne souhaitez pas perdre de temps avec des outils compliqués !

  4. Bonjour, je souhaiterais utiliser une géolocalisation GPS pour intégrer des établissements scolaires au sein d’une circonscription, ceci à partir d’un fonds de carte (peut-être google map). Serais-ce possible avec philcarto? merci

  5. J’arrive pas avoir une carte vierge avec Philcarto. Il y a toujours des grands points noirs de démographie sur la carte. J’ai besoin d’une carte de la Sarthe (72) mais vierge. C’est galère j’arrive pas. Qui en sait quelque chose s’il vous plait ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *