Archives de catégorie : Annonces diverses

« Les grand corpus en ligne changeront-ils la boîte à outils de l’historien.ne ? » par Claire Lemercier

Un bref billet pour vous signaler la mise en ligne d’une intervention de Claire Lemercier au séminaire Data, digital methods and mapping social complexity intitulée :

« Les grand corpus en ligne changeront-ils la boîte à outils de l’historien.ne »
Résumé : « Cette intervention tentera de remettre en perspective les changements en cours, liés à la numérisation massive de corpus variés, avec la première période d’âge d’or proclamé de la quantification en histoire et dans les humanités, aujourd’hui souvent oubliée. Cet âge d’or avait été suivi d’un rejet assez massif et n’avait pas réellement modifié la boîte à outils de la plupart des historien.ne.s. Peut-il en aller autrement aujourd’hui, et à quelles conditions ? Quelques pistes seront présentées à partir d’une expérience de chercheuse ayant parfois sollicité de grands corpus, et de formatrice ayant souvent accompagné des collègues ou étudiants dans une réflexion à ce sujet. Le propos sera ancré dans les spécificités de l’histoire comme communauté disciplinaire, mais pensé pour appeler réponses ou comparaisons de la part de spécialistes d’autres disciplines, notamment de la littérature ou de l’informatique. » (source)



Claire Lemercier: « Les grand corpus en ligne… par ENSCI

Signaler les barrières à la recherche – L’Open Access Button

Une brève pour vous indiquer la très récente mise en oeuvre d’une idée novatrice : un outil avec lequel des utilisateurs de littérature scientifique (étudiants, enseignants, chercheurs, documentalistes…) peuvent signaler le fait qu’ils rencontrent une barrière de paiement qui les empêche d’accéder au contenu dont ils ont besoin (plus d’infos sur le blog associé et la foire aux questions). L’objectif est de rendre visible un problème que nous connaissons probablement tous individuellement mais dont on peine à imaginer l’étendue. Continuer la lecture de Signaler les barrières à la recherche – L’Open Access Button

Comment récupérer la table des matières d’un livre ?

Une brève aujourd’hui pour vous présenter un service fort utile et pas assez connu en France. L’idée me vient d’un billet sur l’excellent blog Sobookonline où l’auteur s’interrogeait sur les possibilités de récupérer la table des matières sous format numérique d’un livre dont on dispose (ou pas) en format papier.
Je me suis rappelé d’un billet sur le blog Archivalia (blog collectif, mais essentiellement animé par Klaus Graf) où était proposé un moyen d’accès au service d’enrichissement des entrées du réseau des catalogues de bibliothèques en Allemagne qui donne notamment accès aux table de matières scannées sous format pdf. Continuer la lecture de Comment récupérer la table des matières d’un livre ?

Utiliser Zotero avec Google Docs, Scrivener, Pages…

Une brêve pour vous signaler que notre logiciel de bibliographie préféré Zotero vient de gagner, grâce à un nouveau plug-in, des fonctionnalités très intéressantes.
Ceux qui fréquentaient les forums de Zotero le savent – la possibilité d’utiliser le logiciel avec des traitements de texte autre que Microsoft Word et Open/Libre-Office était très recherchée. Deux bénévoles de la communauté de Zotero ont pris la chose en main et vous pouvez désormais ajouter le plugin RTF/ODF-Scan à votre installation et libérer votre écriture !
Tout est expliqué de manière très claire dans un billet de blog d’un des concepteurs ici http://zoteromusings.wordpress.com/2013/05/06/announcing-rtfodf-scan-for-zotero/ . Il ne nous reste plus qu’à féliciter les deux auteurs de ce projet et de constater le dynamisme du logiciel libre !

Appel à contributions pour le prochain numéro de la revue Histoire et Informatique

Je relaie ici un appel à contributions diffusé par Enrico Natale (@infoclio) sur la liste DH qui devrait intéresser nos lectrices et nos lecteurs

[Edit. : voir aussi http://www.infoclio.ch/fr/node/33027]

*

 (Dé)montrer l’histoire. La visualisation de données entre théorie et pratique
L’association Histoire et Informatique consacrera le prochain numéro de sa revue, publiée chez l’éditeur Chronos, à la question de la visualisation de données. Nous invitons les personnes intéressées à soumettre leur proposition sous la forme d’un abstract de max. 400 mots accompagné d’une brève notice biographique par courriel à l’adresse: info  [at] ahc-ch [dot] ch, d’ici au 30 mai 2013.

Argumentaire: 
La visualisation de données dans les sciences humaines, après un premier essor dans les années 1960 dans le courant de l’histoire quantitative, puis son rejet dans les années 1970, connaît un renouveau certain ces dernières années. Tandis qu’une place est toujours réservée aux graphiques classiques et statiques, de nouvelles manières de présenter les données sont de plus en plus souvent explorées, telles que les visualisations de réseaux, la cartographie, des visualisations lexicométriques (notamment Google Ngrams), ou même des graphiques dynamiques et multimédia, pour ne donner que quelques exemples. Différents facteurs accélèrent ces développements. Des logiciels de visualisation faciles d’utilisation, associés à une augmentation de la puissance de calcul des ordinateurs, ont mis à la disposition de presque tout chercheur des méthodes quantitatives et des outils de visualisation jusque-là très complexes. Des données standardisées et libres de droits sont de plus en plus disponibles. Enfin, un ensemble croissant de matériaux, notamment des sources historiques, est numérisé et peut être traité par des méthodes automatiques.
Cependant, les avancées sont restées timides concernant la manière dont ces nouvelles formes de visualisation peuvent être utilisées dans la recherche historiques et leurs conséquences méthodologiques. Dans l’utilisation de ces nouvelles représentations, les chercheurs sont confrontés à différentes difficultés. Quelles sont les données qui peuvent être représentées ? Quels sont les avantages et les inconvénients des différentes séries de données et outils disponibles ? Quelles sources les historiens et historiennes doivent-ils utiliser pour créer leurs propres séries de données ? Quelles sont les meilleures pratiques pour extraire, préparer et présenter des données quantitatives et leur visualisation ?
Au-delà de ces importantes réflexions méthodologiques, les historiens font face à des questions plus larges concernant la signification de ces outils. Ces visualisations ne sont-elles uniquement un moyen d’illustrer le récit textuel classique, de le rendre plus attractif ? Ou constituent-elles une forme nouvelle de narration historique ? Quelle est la relation entre la visualisation de données et le texte qui l’accompagne ? Quelle est la plus-value scientifique de présenter des données visuellement ? Qu’est-ce que chercheurs et chercheuses peuvent ainsi révéler qu’on ne peut montrer autrement ? En quoi le renouveau de ces pratiques affecte-t-il la discipline historique plus généralement ?
Enfin, les discussions autour de la visualisation des données omettent parfois leur propre dimension historique. Certaines formes de présentation des données, telles que les cartes ou les frises chronologiques, existent bien sûr depuis des siècles. D’autres peuvent être retracées au moins jusque dans l’Europe de l’époque moderne. Comment et pourquoi ces différentes formes graphiques sont-elles apparues et ont-elles évolué ? Quel rôle ont-elles joué pour la connaissance et les sciences ? Y a-t-il des leçons à tirer de cette histoire ?
L’association Histoire et Informatique consacrera le prochain numéro de sa revue, publiée chez Chronos, à ces questions. Le comité de l’association aimerait par conséquent recevoir des propositions d’articles sur les thèmes suivants :
Recherches historiques utilisant des techniques de visualisation, par exemple :
• Cartographie (y compris, mais non seulement, les Geographical Information System)
• Analyse de réseaux et visualisation
• Analyse linguistique, lexicométrie
• Visualisations statistiques (graphiques de courbes, nuages de points, etc)
Réflexions méthodologiques sur la visualisation de données :
• Production et préparation des données
• Choix des méthodes statistiques (notamment des algorithmes)
• Choix des outils, problèmes de création des visualisations
• Présentation des données et de leur visualisation
Réflexions théoriques sur la signification de la visualisation de données :
• Avantages et inconvénients pour la recherche historique
• Influence sur les questions et problématiques guidant la recherche
• Conséquences pour la narration historique
Histoire des représentations visuelles :
• Évolution historique des différentes formes de visualisation (cartes, frises chronologiques, courbes, nuages de points, réseaux, etc)
• Histoire des techniques informatiques de visualisation
• Liens entre techniques de visualisation et histoire des sciences
Nous invitons les personnes intéressées à soumettre leur proposition sous la forme d’un abstract de max. 400 mots accompagné d’une brève notice biographique par courriel à l’adresse: info@ahc-ch.ch, d’ici au 30 mai 2013.
Comité de rédaction:
Nicolas Chachereau (UNIL) <nicolas.chachereau@unil.ch>, Enrico Natale (infoclio.ch) <enrico.natale@infoclio.ch>, Christiane Sibille (dodis.ch) <christiane.sibille@dodis.ch>, Patrick Kammerer (UZH) <pka@fsw.uzh.ch>, Manuel Hiestand (UZH) <hiestand@fsw.uzh.ch>.

*

J’en profite au passage pour vous signaler que les n°1 à 15 de la revue ont été numérisés et sont en libre accès :

Ce qui est nouveau dans Zotero 4.0

Un billet très bref pour vous signaler que Zotero 4.0 est sorti cette semaine (vos installations devraient vous proposer la mise à jour). Vous trouverez plusieurs améliorations attendues depuis longtemps et qui facilitent grandement la vie :

Couleurs de tags :

Depuis fort longtemps les utilisateurs de Zotero réclamaient sur les forums de Zotero et sur les réseaux sociaux une possibilité de distinguer visuellement certaines références – celles qui sont importantes pour l’utilisateur, ou celles qui sont à lire, par exemple. Comme les développeurs de Zotero font un travail très conscientieux et qu’ils testent longtemps une nouvelle fonctionnalité avant de la lancer pour tout le monde, il a fallu attendre cette version 4.0 pour voir émerger cette possibilité. Le choix retenu a été de coupler des indicateurs de couleur à des tags ou mots-cléfs que l’utilisateur définit lui-même. Continuer la lecture de Ce qui est nouveau dans Zotero 4.0

Trouver des thèses et mémoires soutenus partout en Europe

On nous signale l’ouverture d’un nouveau portail de recherche qui permet d’interroger les fonds de thèses et mémoires soutenues dans 570 universités et 27 pays. Cette initiative louable agrège un grand nombre de différentes bases insitutionnelles (voir la liste) et nous paraît un excellent moyen de faire connaître la jeune recherche en Europe plus largement.
Dirigée par un consortium de bibliothèques européennes et hébergé à University College London, ce projet et voué à croître et promet de devenir un outil précieux à toute étape d’un travail de recherche.

Au niveau de l’interface on constate un masque de recherche assez classique, mais également des possibilités d’abonnement aux flux RSS de nouveaux ajouts. Il ne me reste plus qu’à vérifier s’il n’y a pas moyen de rendre les résultats affichés compatibles avec Zotero (actuellement la capture en un seul clic n’est pas possible).

Info via Klaus Graf/Archivalia

Faire une recherche avancée dans un ou plusieurs documents PDF

Celles et ceux des lecteurs qui auraient suivi l’un de mes cours le savent, je suis une sorte de maniac de l’encouragement à l’usage des outils de recherche avancée quelle que soit la ressource dont il est question…
L’objet de ce bref billet est de vous montrer tout le temps que vous gagnerez à appliquer ce précepte avec les documents PDF numérisés en plein texte. 
En effet, le logiciel de lecture de documents pdf d’adobe (Acrobat Reader) permet de faire une recherche avancée dont les résultats sont présentés de façon très utile.

Lorsque vous êtes dans un document, tapez « Ctrl+F » au clavier afin de faire apparaître le petit module de recherche (ici en haut à droite) :
Celui-ci est déjà très utile, mais il est possible d’aller un peu plus loin en cliquant sur la petite flèche qui pointe vers le bas :
En choisissant « Ouvrir la recherche avancée de Reader » (ce que vous pouvez faire en tapant directement au clavier « Maj+Ctrl+F) vous ouvez une nouvelle fenêtre, indépendante de votre document PDF en cours de lecture :
Je ne détaille pas les différentes possibilités de recherche, elles sont assez explicites ici, pour passer directement à l’affichage des résultats. En effet, les résultats s’affichent dans la fenêtre de recherche avancée, et vous permet de situer le résultat de votre recherche dans le contexte de sa phrase ce qui, le plus souvent vous évitera d’aller lire un paragraphe qui ne correspondra pas forcément à ce qui vous intéresse vraiment :
Dans l’exemple qui précède, j’ai effectué la recherche dans le document actif. Mais si vous le souhaitez, et c’est là que l’intérêt de l’outil prend tout son sens, vous pouvez lancer la recherche sur un dossier complet où vous aurez préalablement réuni votre documentation.
La présentation des résultats vous permet d’identifier les fichiers où les termes recherchés ont été trouvés, ici encore dans leur contexte. Un simple clic sur l’un des résultats ouvre le fichier en question à la page de l’occurrence :
Comme vous pouvez le constater dans les exemples choisis ici, cela fonctionne très bien avec les JO numérisés dont je vous parlais dans le billet précédent – et cela malgré une OCRisation qui n’est pas exempte d’erreurs pour les années 1945-1958 (oubliez notamment le copier-coller de citations, vous irez plus vite en retapant les extraits qui vous intéressent).
J’imagine que les lecteurs libres de PDF permettent le même type d’opérations… N’hésitez donc pas à explorer les fonctions de recherche avancée de vos logiciels préférés – et à les mentionner en commentaires.