Comment lire ce blog à l’aide du fil RSS

Maintenant que vous avez trouvé ce blog, vous souhaitez sans doute pouvoir vous tenir au courant des nouveaux billets. Pour cela, nous vous conseillons l’abonnement au fil RSS correspondent, possible par différentes interfaces:

  1. un agrégateur de flux en ligne: Les utilisateurs de Gmail pourront tester Google Reader , ceux qui souhaitent utiliser un autre service, peuvent choisir entre un grand nombre, par exemple: Netvibes, Bloglines, Feedshow
  2. un logiciel à part, au choix un plugin de firefox comme Sage ou un lecteur de mails comme Thunderbird

Une fois que vous avez choisi votre mode préféré de lecture, vous pouvez ajouter des fils de blogs comme celui-ci, mais aussi d’un grand nombre d’autres sites, par exemple d’actualités scientifiques ou de publication de revues scientifiques

L’histoire et l’historien face au quantitatif

Atelier ouvert à tous, organisé par Claire Lemercier et Claire Zalc, chargées de recherche au CNRS (IHMC).

Du 3 novembre 2009 au 16 février 2010 – durée totale : 24 heures, validation possible dans le cadre de différents masters. Les étudiants en master Histoire de l’EHESS sont prioritaires, mais tous les autres, en master, thèse ou pas du tout, là ou ailleurs, sont bienvenus. Si vous envisagez d’assister à tout ou partie du séminaire, contactez les organisatrices, en particulier si vous voulez y présenter votre recherche.

Le séminaire a lieu le mardi de 10 h 00 à 13 h 00, à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle de l’IHMC, au premier semestre.

Se rendre à la salle : entrer dans le bâtiment principal, prendre le couloir de gauche, monter au 3e étage de l’escalier D, entrer dans l’IHMC, prendre à gauche au niveau de machine à café : la salle est au fond du couloir.

Présentation

Cet atelier, ouvert à tous, se propose d’accompagner les étudiants – et chercheurs intéressés – dans l’utilisation des techniques quantitatives en histoire. Mais il s’agit, parallèlement, d’évoquer les débats liés à ces usages. L’objectif de cet atelier d’initiation est de discuter ensemble des différents usages possibles de la quantification dans la pratique historique, des atouts et des limites de ces approches mais également de présenter les possibilités heuristiques offertes par l’analyse statistique dans l’écriture historienne. Nous aimerions y susciter une réflexion sur la place du quantitatif dans les différents champs de l’histoire.

À cette fin, l’atelier, organisé sous forme de demi-journées de travail, évoquera à la fois les problèmes généraux (choix de corpus, échantillonnage, saisie, codage, représentations graphiques…) et les techniques de quantification (analyses textuelles, factorielles, régressions, analyses de réseaux, event history analysis…), à partir d’exemples concrets tirés des travaux en cours des participants.

Programme

Les thèmes annoncés ne sont qu’indicatifs, les séances s’organisant avant tout autour des présentations de recherches en cours par les participants ou, occasionnellement, par des invités. Toutefois, les questions « techniques » sur chaque thème sont particulièrement bienvenues lors de la séance correspondante.

– 3 novembre 2009 : introduction/prosopographie (C. Banse, M. Gonzalez)

– 17 novembre 2009 : échantillons/corpus (A. Albert, M. Messika, E.-M. Belzer)

– 1er décembre 2009 : saisie/lexicométrie (C. Fabre, C. Keren, M. Gonzalez Espinosa)

– 15 décembre 2009 : représentations graphiques (C. Avrane, S. Lesage)

– 5 janvier 2010 : codage (P. Schermutzki, S. Gollac et H. Steinmetz)

– 19 janvier 2010 : de la base de données au traitement quantitatif (A. Heiniger, P. Milani)

– 2 février 2010 : prosopographie (A. Hocquellet, M. Cezette)

– 16 février 2010 : traiter des données longitudinales (C. Frau, C. Ganne)

___________________________

Pourquoi ce blog ?

En 1967, dans un contexte où l’histoire quantitative était encore à la mode et peu avant que la première révolution informatique ne commence à porter ses fruits, Emmanuel Le Roy Ladurie affirmait que « les historiens seront programmeurs ou ils ne seront plus ».

Boutade ou prophétie, l’importance de l’informatique dans les pratiques historiennes n’a fait que s’accroître au fil des quatre dernières décennies. Tandis que les méthodes quantitatives ont été disqualifiées à la fin des années 1980 avant de connaître un timide (mais fructueux) retour en grâce depuis quelques années, les outils informatique mis à disposition de l’historien(ne) n’ont cessé de se multiplier. Des recherches en bibliothèques ou en centres d’archives, à l’écriture d’un mémoire, d’un article ou d’un livre, l’ordinateur s’est ainsi peu à peu imposé aux plus récalcitrants. Cet outil désormais indispensable à toute recherche en sciences sociales n’est pourtant pas encore exploité à sa juste valeur par les historien(ne)s. Les progrès récents de l’informatique ont pourtant mis à notre disposition des instruments qui permettent aujourd’hui (et sans nécessiter de véritables compétences en informatique) d’accéder plus facilement à l’information, de la gérer plus efficacement, etc.

De ce double constat, est née une formation aux « outils informatiques pour les historien(ne)s » destinée aux étudiants de la mention histoire du Master de l’EHESS. Pensée comme un moyen de fournir aux étudiants les bases de l’utilisation d’instruments indispensables pour mener à bien une recherche en histoire, elle a eu lieu du 26 au 30 octobre 2009 (Programme complet).

Au terme de cette semaine intensive, l’ampleur de la demande (au-delà des étudiants en master) nous a semblé considérable, et prolonger/élargir cette formation s’est quasiment imposé à nous comme une nécessité. Si ce prolongement prend la forme d’un blog, c’est en grande partie grâce (ou à cause…) de la conférence très convaincante de François Briatte et Joël Gombin sur les apports du blog scientifique pour la recherche en sciences humaines et sociales. Qu’ils en soient ici remerciés, même si nous restons les seuls responsables du contenu de ce blog…

De quoi sera-t-il question ici ? La boite à outils propose une veille sur les instruments informatiques disponibles et utiles aux historiens. Il s’agira essentiellement pour nous :
– de faire connaître et centraliser les ressources utiles pour la recherche en histoire ;
– de proposer des formations (sous la forme de tutoriels) ;
– de susciter des discussions autour de l’usage de l’informatique en histoire.

Le Blog étant un outils pédagogique à double sens, nous espérons profiter de vos propres connaissances et expériences par l’intermédiaire de vos commentaires.

[EDIT 7 nov 09 : Vous pourrez trouver le texte de l’intervention de F. Briatte & J. Gombin lors de la semaine « Outils informatiques… » sur Polit’bistro]

Qui sommes nous ?

Franziska Heimburger est allocataire-monitrice normalienne à l’EHESS. Doctorante en histoire sous la direction de Christophe Prochasson et de John Horne, elle prépare une thèse sur les interprètes militaires pendant la Première Guerre Mondiale. Dans le cadre de la mention histoire du master de l’EHESS, elle assure un enseignement d’historiographie et langue allemande depuis 2008. Plus d’infos.

Émilien Ruiz est allocataire-moniteur à l’EHESS. Doctorant en histoire sous la direction de Marc Olivier Baruch, il prépare une thèse sur la question des effectifs de l’État dans la France du XXe siècle. Depuis 2007, il assure un enseignement de méthodologie de la recherche en histoire destiné aux étudiants de M1 à l’EHESS. Il enseigne aussi à l’Université Paris 7 depuis 2006 (d’abord en C2i, puis en L1 & L2 Histoire). Plus d’infos.